Faisons des maths, pour de vrai

LE mode de scrutin aux européennes est le suivant : les listes qui depassent les 5% se partagent à la proportionnelle les 79 sièges au parlement.

Prenons 19 000 000 d’électeurs avec 40% de participation.

Et prenons d’après les sondages le nombre de voix suivant pour les listes depassant les 5 :

Rn : 4 500 000 autour de 24 % (idem 2014)

LREM : 4 200 000 autour de 22%

LR : 2 600 000  autour de 14 %

EELV et LFI : 1 500 000 autour de 8%

PS : 950 000 voix autour de 5 %

cela donne un total de 15 250 000 voix qui rentrent dans le calcul pour l’attribution des sièges et donc pour avoir un siège il faudrait environ 193 000 voix.

Si la liste du PCF fait 5%, le nombre de voix rentrant dans le calcul se monterait à 16 150 000 voix et donc pour avoir un siège il faudrait 205 000 voix.

ce qui donnerait pour le RN non pas 24 mais 22 sièges, pour LREM non pas 21 ou 22 sièges mais 20, Pour LFI et EELV entre 7 et 8 dans un cas comme dans l’autre, et pour le PCF entre 4 et 5 sièges.

Il y a donc un véritable enjeu à ce que la liste conduite par IAn Brossat dépasse les 5%. Et cet enjeu est national bien sûr, mais surtout européen, 2 députés d’extrême droite en moins, ça compte. 2 députés libéraux en moins ça compte aussi.

J’en termine avec une idée qui doit aujourd’hui préoccuper toute la gauche et pas seulement les communistes : notre ennemi, c’est l’abstention des salariés et des catégories populaires, pas les listes concurrentes à gauche. Notre ennemi c’est l’extrême droite et les libéraux qui veulent confisquer cette élection.

Chaque électeur de gauche gagné dans la semaine en faveur d’une liste de gauche comptera double au regard de l’abstention et si la liste conduite par Ian Brossat dépasse les 5%, ce seront bien 4 ou 5 députés européens communistes qui iront siéger au parlement.

Et ce sera 2 députés d’extrême droite en moins, deux libéraux en moins.

Qui a gauche pourrait donc regretter que la liste présentée par le PCF fasse plus de 5% ?

Ceci étant dit, je continue la campagne avec tranquilité et détermination.

CQFD

 

 

 

 

Pourquoi il faut voter Ian Brossat le 26 mai prochain

Ian Brossat mène une belle campagne de l’avis de tous. Il incarne une génération de responsables communistes nouvelle, disponible, à l’offensive, exprimant clairement le point de vue communiste sur les enjeux européens.

Voici dans ce billet 4 raisons de voter pour la liste qu’il conduit et présentée par le PCF. En esperant vous convaincre.

 

Continuer la lecture de Pourquoi il faut voter Ian Brossat le 26 mai prochain

Blanquer : l’école n’est pas à vendre

Le gouvernement poursuit sa politique de casse des acquis du peuple de France alors qu’il entendait donner l’image d’une majorité à l’écoute avec le grand débat.

La réforme de l’école menée par le ministre Blanquer est ultra-libérale et rétrograde. Sous couvert de ramener l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans, le ministre entend en fait démanteler l’école publique.

Ayez confiance nous dit-il, voyons plutôt :

– Enseignants muselés par un devoir de réserve aggravé
– Formation des enseignants réduite
– Recours à des contractuels en lieu et place de titulaires formés
– Salaires gelés, réduction du nombre de postes

Continuer la lecture de Blanquer : l’école n’est pas à vendre

Grand Débat, le PCF fait 10 propositions pour la France

Face aux mobilisations des gilets jaunes, rouges, roses, des stylos rouges, des blouses blanches, des cols bleus de l’industrie, des agriculteurs, des fonctionnaires, des salariés le gouvernement a du ouvrir un grand débat national.

Ce faisant il a poursuivi sa politique de casse des acquis du peuple de France et du monde du travail.

Pour autant celles et ceux qui s’y sont exprimé l’ont fait avec un message clair.

Continuer la lecture de Grand Débat, le PCF fait 10 propositions pour la France

Retour sur le conseil municipal et grand débat

Lors du débat d’orientation budgétaire en conseil municipal hier soir, j’ai fait état de la fragilité de la situation économique avec une croissance et une consommation en berne. EN outre, de lourdes incertitudes pèsent sur les collectivités avec les formes de compensation de la perte de la taxe d’habitation notamment.

Continuer la lecture de Retour sur le conseil municipal et grand débat

Halte au feu !

Hier encore un homme s’est rendu à une manifestation de gilets jaunes et s’est vu arracher des doigts en tentant de renvoyer une grenade de désencerclement. Combien de doigts, de mains, d’oeils, de vies mutilées va-t-on encore supporter ?

Il est temps que celles et ceux qui sont attachés à la liberté, au droit de manifester, au respect de la personne humaine se lèvent ensemble pour dénoncer cette politique qui consiste à mater une protestation en tirant sur la foule pour blesser, mutiler, éborgner.

L’ultra libéralisme est aussi ultra-autoritaire, repressif, retrograde.

Ce sont de vieilles méthodes en réalité. Elles furent utilisées face aux vignerons de l’Herault en 1907, face aux algériens qui manifestaient pour l’indépendance de l’Algérie à Paris le 17 octobre  1960, à Charonne en 1961, ce sont les voltigeurs de Pasqua en 1986 qui tuent Malik Oussekine à coups de matraque en marge d’une manifestation.

C’est une longue et triste histoire que celle du pouvoir qui réprime une protestation dans le sang au lieu de donner satisfaction.

Le pouvoir organise le désordre dans les manifestations, il l’organise pour pouvoir tirer sur la foule et blesser. Il entend ainsi dissuader des femmes et des femmes de manifester, entretenir un climat de tension, sans pour autant arrêter les vrais casseurs.

Incapable de répondre à l’exigence de justice sociale et fiscale, incapable de relever le défi démocratique, il ordonne aux forces de l’ordre qui sont épuisées depuis déjà de longues semaines de tirer en utilisant des armes capables de mutiler des femmes et des hommes.

Il doit y avoir partout dans le pays des appels en direction des préfets, des forces de l’ordre pour que cessent les violences policières, pour que les LBD et les explosifs capables d’arracher une main ne soient plus utilisés.

Les syndicats de policiers, les policiers eux mêmes doivent refuser d’utiliser ces armes, refuser d’appliquer des ordres que ne mettent que désordre et qui mettent en danger manifestants et forces de l’ordre.

La loi anti-casseurs qui restreint le droit de grève doit être abrogée.

Il doit s’ouvrir dans le pays un véritable débat, un grand débat oui, sans tabou sur le pouvoir d’achat, la jsutice sociale et fiscale, sur la sortie de la crise et de l’austérité.

Le gouvernement doit suspendre toute les réformes engagées, renoncer à la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, il doit geler les tarifs de l’eau, du gaz et de l’électricité, encadrer les loyers, augmenter les pensions de retraite, rétablir l’ISF et supprimer le CICE, ouvrir des négocations salariales.

C’est la seule issue possible.

Remplissons les cahiers de doléances partout ou cela est possible :

ici, les cahiers de l’espoir proposés par le PCF,

qui seront rendus publics le 16 mars prochain avec 10 propositions pour sortir de la crise.

Ne laissons pas confisquer le grand débat

Le Président de la République et son gouvernement ont lancé un grand débat national. Tout est mis en œuvre pour que ce débat soit totalement contrôlé, le Président voulant décider seul des questions comme des réponses.

LE grand débat est par ailleurs utilisé comme une grande opération de com ou le Président se met en scène comme étant à l’écoute des revendications qui s’expriment. Il n’en est rien, la preuve, il poursuit une politique de casse des services publics, de satisfaction des intérêts des plus riches, de casse des solidarités.

Ne le laissons pas faire !

Continuer la lecture de Ne laissons pas confisquer le grand débat

discours lors des voeux de la fédération de Gironde du PCF

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent

Mais on ne dit jamais rien de la violence

Des rives qui l’enserrent

 

Cette violence qui enserre les rives d’un fleuve C’est pourtant la première des violences, celle qui consiste à empêcher, étouffer, restreindre, limiter, interdire…

 

Continuer la lecture de discours lors des voeux de la fédération de Gironde du PCF