intervention au conseil national du pcf, le 13 mars 2021

J’approuve globalement le texte de la commission au regard d’éléments d’appréciation politique qui ont guidé son écriture.

D’abord la gravité de situation et son caractère inédit, qui doit nous pousser à envisager différemment 2022 que nous l’avons fait en 2017 et 2012 et surtout ne pas considérer le contexte figé y compris sur le plan des intentions de vote…

Ensuite, que ce soit la présidentielle, les législatives mais aussi les départementales ou les régionales ne sont pas la préoccupation des gens, et aujourd’hui l’électorat populaire notamment ne voit pas bien ce qui peut sortir de bon pour lui de ces élections et a d’autres chats à fouetter dans le contexte sanitaire, social et économique que nous connaissons tous.

3eme point : on ne peut envisager l’élection et la question du rassemblement sans tenir compte des évolutions stratégiques et politiques d’autres forces, LFI et Melenchon, stratégie de rassemblement qui fait de fait de la présidentielle l’élection première, qui définit les rapports de force politiques, et qui personnalise à outrance les enjeux du scrutin, alors que nous considérons à juste titre que le présidentialisme est un obstacle au changement réel.

Nous devons aussi analyser avec sérieux les contradictions dans lesquelles la sociale démocratie et l’écologie politique se retrouvent aujourd’hui et la faiblesse historique de la sociale démocratie.   Et ne pas seulement considérer que la force communiste est faible, sans regarder et dire que son affaiblissement n’est pas une bonne chose pour le pays et que le rôle que nous avons joué  reste aujourd’hui vacant. Notre affaiblissement et celui de la gauche dans son ensemble son concomitants, et donc peut être liés… c’est une hypothèse à pousser.

Il s’agit pour 2022, si on veut contribuer à faire émerger et grandir une alternative politique,  de changer de logique, de faire changer de logique la gauche toute entière et le texte porte cette ambition.

Par exemple, nous ne pouvons plus considérer l’électorat de gauche comme une entité fermée et intangible, tout comme nous ne pouvons considérer l’électorat RN de la même manière même si il comporte un noyau important et très mobilisé, pas plus d’ailleurs que l’électorat de Macron ou de la droite.

On ne peut se résoudre à l’idée que le RN sera à un haut niveau même si c’est une réalité aujourd’hui car  cela revient à considérer que nous n’avons rien a dire à cet électorat , au salariat qui se perd, s’égare et se trompe dans le vote RN ?

Il ne s’agit pas non plus a gauche de considérer l’électorat des différentes forces comme des vases communicants dans un ensemble clos, ou qui s’additionneraient mécaniquement.

Mais de mesurer les dynamiques qui sont a l’œuvre et les obstacles et les débats qui obèrent le rassemblement derrière une seule force et une seule candidature. Mesurons ce qu’il faut impulser pour sortir de cette phase historique ou la gauche est considérablement affaiblie et est coupée d’une partie importante des catégories populaires, du salariat dans sa diversité.

Ouvrir une perspective est bien notre objectif politique avec ce texte et il est très ambitieux, et nous devons en mesurer les obstacles et ce qui bouge aujourd’hui, mais il n’y a pas de solution facile et évidente.

Il ne s’agit pas, parce que je pense que ça ne suffira pas de vouloir simplement battre Macron et Le Pen, d’ailleurs la droite portera également cet objectif et l’exprimera certainement de la même manière. ET donc une candidature unique de la gauche n’est pas une condition ni nécessaire, ni suffisante pour créer une véritable dynamique.

Il s’agit d’engager une initiative politique de grande ampleur, et en ce sens, je crois que lancer un appel est indispensable.

On ne peut mesurer la pertinence d’une candidature communiste simplement au travers de notre score potentiel ou estimé, notamment sans tenir compte du fait que nous n’avons eu de candidat depuis 15 ans. Mais bien de regarder la gravité de la situation, et la faiblesse de la gauche dans son ensemble. Mais aussi et surtout de ce que nous devons faire grandir dans un moment d’accélération du débat politique, de confrontation, et une élection qui a la participation populaire la plus importante et de loin.

Considérer qu’une candidature communiste est un obstacle ou un frein est une erreur de mon point de vue, et particulièrement dans cette période inédite et historique .

IL y a besoin d’une candidature qui porte des contenus qui rompent avec les logiques libérales, qui contribuent à amplifier les luttes, comme le dit le texte avec les axes de bataille énoncés pour pousser ce qui grandit dans la société. Le travail engagé en direction des salariés, sur l’école, la santé, le plan d’urgence, la lutte contre le projet hercule, pour le rail, GE, etc… tout cela doit prendre place dans le débat présidentiel… avec deux enjeux majeurs, une autre utilisation de l’argent, la lutte contre le capital, contre le cout de la finance sur la société et avec la démocratie, la conquête de nouveaux pouvoirs jusque dans l’entreprise et le monde du travail.

C’est je crois le rôle que peut et doit jouer une candidature communiste et la responsabilité qui est la notre.

Pour construire l’alternative, l’utilité d’une candidature communiste

Nous vivons un moment historique inédit.

 

La crise sanitaire, sociale, économique que nous vivons est d’une extrême gravité en raison de son caractère systémique pour cette dernière et des conséquences sur les deux premières.

 

Le système capitaliste est engagé dans une course folle qui conduit l’Humanité vers de nouvelles catastrophes. La course au profit, à la rentabilité à tout prix engage des masses immenses de richesses vers la finance, la suraccumulation et la destruction, leur confiscation pour l’intérêt d’une minorité.

C’est cette course folle qui empêche d’engager véritablement la lutte contre le réchauffement climatique, c’est elle qui accroît les divisions, les affrontements, les guerres dans de nombreuses parties du monde. Elle est aujourd’hui incapable de relever le défi de la vaccination, du traitement contre la covid, et de vivre à nouveau normalement avec le virus.

Continuer la lecture de Pour construire l’alternative, l’utilité d’une candidature communiste

intervention au Conseil National du PCF du 12 decembre 2020

Je partage la proposition qui est faite de calendrier et d’engager le processus d’élaboration collective et démocratique à partir des enjeux de la période dès maintenant.

Il nous faut entamer sans tarder le travail d’analyse de la société au regard d’une situation que nous ne pouvions pas prévoir lors du 38e congrès et donc ouvrir le processus démocratique dans le parti dans un moment ou les espaces de débats démocratiques sont réduits à peau de chagrin dans la société, ce n’est pas un détail.

Continuer la lecture de intervention au Conseil National du PCF du 12 decembre 2020

confinement jour 17 : retour sur la semaine

Bientot 10 millions de pauvres, et plus de 600 000 chomeurs de plus au dernier trimestre, c’est l’autre fiasco du gouvernement. Alors que l’emploi devrait être la priorité du gouvernement tant les besoins sont et seront immenses dans les mois et les années qui viennent, les mesures prises ne permettent pas de défendre l’emploi face à la financiarisation de l’économie.

Continuer la lecture de confinement jour 17 : retour sur la semaine

reconfinement jour 14 : Donner enfin les moyens à l’école

Article paru dans le journal Communistes

Cette rentrée scolaire aurait dû être celle réponse forte de l’ensemble de la communauté éducative à l’ignoble attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty, « coupable » d’avoir exercé son métier.

Au-delà de la commémoration à la mémoire de notre collègue décapité, cela aurait dû être le moment de replacer l’école au cœur de la République, de la défense de la laïcité, de la liberté d’expression et des défis qui fragmentent la société française.

Continuer la lecture de reconfinement jour 14 : Donner enfin les moyens à l’école

confinement jour 10 : intervention au Conseil National du PCF

J’apprécie la teneur et le contenu de l’introduction à la discussion de Fabien, concrète et porteuse de propositions d’initiatives et de prises de position tenant compte de la gravité de la situation sanitaire, et de notre responsabilité dans cette période.

Les décisions prises par le gvt, contradictoires pour certaines, contredites pour d’autres d’un jour à l’autre ne sont pas comprises pour une raison simple et implacable,  parce qu’elles s’avèrent en échec sur le plan sanitaire parce qu’incapable de sortir des dogmes liberaux et de l’autoritarisme qui s’exacerbe depuis quelques semaines.

Ce gouvernement interdit au lieu d’organiser, il fait porter sur les agents hospitaliers et les personnels de l’éducation la responsabilité de mettre en œuvre des mesures sans moyens supplémentaires ou presque. Au lieu d’anticiper et de prévoir, il décrète et impose des mesures avec une vision à quinze jours, 3 semaines et maintient tout le monde dans ce temps court et anxiogène tout en privilégiant le capital et les grands groupes.

Continuer la lecture de confinement jour 10 : intervention au Conseil National du PCF

confinement jour 7 : discuter, proposer, et agir

La colère rencontrée ses derniers jours tient de mon point de vue à deux choses. La première est que de fait, l’annonce du reconfinement démontre le fiasco du gouvernement alors que le 14 juillet le président de la République fanfaronnait en annonçant que nous serions prêt en cas de deuxième vague. C’est faux, rien n’a été anticipé, organisé, débattu.

La seconde est que l’on voit bien que ce confinement n’en est pas vraiment un et que pour autant, on nous dit que cette deuxieme vague est plus forte que la première.

Disons le, oui, il aurait fallu, et il aurait été possible de faire autrement.

Continuer la lecture de confinement jour 7 : discuter, proposer, et agir

Reconfinement, jour 5

Au 5eme jour de reconfinement, la situation dans les hôpitaux continue de se dégrader. Le plan blanc est déclenché partout désormais, et les déprogrammations se multiplient. La vague est là et risque de submerger l’hôpital dans les 10 prochains jours.

Le reconfinement était nécessaire, et ce qui peut passer pour de l’amateurisme, de l’incompétence, de l’impréparation de la part du gouvernement s’illustre dans de nombreux domaines.

Le raté de la rentrée scolaire avec l’annonce d’une rentrée retardée puis du maintien des horaires habituels annoncé par voie de presse vendredi soir en est un premier exemple.

La fermeture des commerces de proximité et notamment des librairies alors que les grandes surfaces peuvent quant à elles continuer à vendre de tout en est un autre.

On pourrait parler de la situation dans de nombreuses entreprises, dans les transports, à la sortie des lycées, celle de l’enseignement supérieur ou c’est le tout ou rien.

Continuer la lecture de Reconfinement, jour 5

Reconfinement jour 3, déconfiture 8eme mois

Personne ne peut nier l’aggravation ces derniers jours de la situation sanitaire du pays, et personne ou presque ne le nie. Mais dans une démocratie, on est en droit de poser un certain nombre de questions, et même d’apporter des réponses qui ne soient pas celles que veut imposer le gouvernement à la l’ensemble de la population sans aucune concertation avec les différentes forces politiques, les organisations syndicales, ou les élus de proximité.

Je ne suis pas médecin, ni spécialiste, je ne me prononce donc pas sur la nature de ce virus, sa dangerosité, la façon de le soigner. Mais comme citoyen, et comme tout le monde j’ai une appréciation de la gestion calamiteuse de cette crise par le gouvernement. Et le fait que tous les pays libéraux fassent de même ne peut être un argument pour justifier ce qui est de plus en plus insupportable.

Continuer la lecture de Reconfinement jour 3, déconfiture 8eme mois