Blanquer : l’école n’est pas à vendre

Le gouvernement poursuit sa politique de casse des acquis du peuple de France alors qu’il entendait donner l’image d’une majorité à l’écoute avec le grand débat.

La réforme de l’école menée par le ministre Blanquer est ultra-libérale et rétrograde. Sous couvert de ramener l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans, le ministre entend en fait démanteler l’école publique.

Ayez confiance nous dit-il, voyons plutôt :

– Enseignants muselés par un devoir de réserve aggravé
– Formation des enseignants réduite
– Recours à des contractuels en lieu et place de titulaires formés
– Salaires gelés, réduction du nombre de postes

Ce n’est pas tout. La création des « établissements publics de savoirs fondamen-
taux » regroupera maternelle, primaire et collège en un seul lieu avec un chef d’établissement. C’est la disparition annoncée de nombreux postes, de directeurs,d’enseignants, de petites écoles.
Les municipalités seront dans l’obligation de financer les écoles privées et jardins d’enfants qui pourront se substituer à l’école maternelle. Aujourd’hui 97 % des enfants vont à l’école maternelle, demain qu’en sera-t-il ?

Cette réforme s’inscrit dans la droite ligne de Parcoursup et de la réforme du lycée.
C’est la casse du service public d’éducation, c’est l’école du tri, c’est une attaque
contre le statut et les droits des personnels de l’éducation.

Le PCF, ses élus et ses militants,
les enseignants communistes
appellent à la mobilisation générale
des enseignants, personnels de
l’éducation et parents d’élèves contre
la réforme « Blanquer » en rejoignant
le 30 mars les organisations
syndicales et de parents d’élèves
qui appellent à manifester.

Oui à l’école de l’égalité

Oui, il faut transformer l’école pour qu’elle soit tournée vers la réponse aux besoins de l’élève qui n’a que l’école pour apprendre. Cela ne
peut se faire sans une réforme d’ampleur, ni sans moyens.
Nous proposons de faire du service public de l’éducation une priorité en y consacrant les moyens nécessaires.

Pour cela, il faut rompre avec les politiques d’austérité et le pacte de stabilité imposé par l’Union Européenne, il faut en finir avec les cadeaux fiscaux aux plus riches en rétablissant l’ISF. Il faut consacrer 7 % du PIB au service public
d’éducation et sortir l’école du dogme de la réduction de la dépense publique. L’élévation générale du niveau de connaissances des futurs
citoyens est un enjeu de civilisation.

Il ne faut pas moins d’école, mais au contraire plus d’école. Il faut des effectifs par classe moins importants, il faut donner aux enseignants et aux élèves des conditions de travail et d’étude favorable aux apprentissages. Il faut favoriser la
formation et l’innovation pédagogique pour les enseignants. Il faut une grande ambition pour toutes et tous, élever le plus haut possible le niveau de connaissance au lieu d’imposer le tri social.

Il faut s’appuyer sur ce qui marche et non imposer l’individualisation des parcours scolaires.

LE PCF DEMANDE :

Le retrait de la réforme Blanquer et appelle les parlementaires à rejeter cette réforme.

L’arrêt des fermetures de postes et la mise en place d’une véritable formation initiale des métiers de l’éducation.

L’arrêt de la casse du statut des enseignants et la création de postes de titulaires formés.

La garantie de liberté pédagogique pour les enseignants et qu’ils soient
entendus plutôt que muselés.

Publié par

slaborde

secrétaire départemental du PCF, adjoint au maire de Saint Denis de Pile et vice président de la CALI en charge de l'action sociale. Enseignant spécialisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *