confinement jour 17 : retour sur la semaine

Bientot 10 millions de pauvres, et plus de 600 000 chomeurs de plus au dernier trimestre, c’est l’autre fiasco du gouvernement. Alors que l’emploi devrait être la priorité du gouvernement tant les besoins sont et seront immenses dans les mois et les années qui viennent, les mesures prises ne permettent pas de défendre l’emploi face à la financiarisation de l’économie.

Continuer la lecture de confinement jour 17 : retour sur la semaine

reconfinement jour 14 : Donner enfin les moyens à l’école

Article paru dans le journal Communistes

Cette rentrée scolaire aurait dû être celle réponse forte de l’ensemble de la communauté éducative à l’ignoble attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty, « coupable » d’avoir exercé son métier.

Au-delà de la commémoration à la mémoire de notre collègue décapité, cela aurait dû être le moment de replacer l’école au cœur de la République, de la défense de la laïcité, de la liberté d’expression et des défis qui fragmentent la société française.

Continuer la lecture de reconfinement jour 14 : Donner enfin les moyens à l’école

confinement jour 10 : intervention au Conseil National du PCF

J’apprécie la teneur et le contenu de l’introduction à la discussion de Fabien, concrète et porteuse de propositions d’initiatives et de prises de position tenant compte de la gravité de la situation sanitaire, et de notre responsabilité dans cette période.

Les décisions prises par le gvt, contradictoires pour certaines, contredites pour d’autres d’un jour à l’autre ne sont pas comprises pour une raison simple et implacable,  parce qu’elles s’avèrent en échec sur le plan sanitaire parce qu’incapable de sortir des dogmes liberaux et de l’autoritarisme qui s’exacerbe depuis quelques semaines.

Ce gouvernement interdit au lieu d’organiser, il fait porter sur les agents hospitaliers et les personnels de l’éducation la responsabilité de mettre en œuvre des mesures sans moyens supplémentaires ou presque. Au lieu d’anticiper et de prévoir, il décrète et impose des mesures avec une vision à quinze jours, 3 semaines et maintient tout le monde dans ce temps court et anxiogène tout en privilégiant le capital et les grands groupes.

Continuer la lecture de confinement jour 10 : intervention au Conseil National du PCF

confinement jour 7 : discuter, proposer, et agir

La colère rencontrée ses derniers jours tient de mon point de vue à deux choses. La première est que de fait, l’annonce du reconfinement démontre le fiasco du gouvernement alors que le 14 juillet le président de la République fanfaronnait en annonçant que nous serions prêt en cas de deuxième vague. C’est faux, rien n’a été anticipé, organisé, débattu.

La seconde est que l’on voit bien que ce confinement n’en est pas vraiment un et que pour autant, on nous dit que cette deuxieme vague est plus forte que la première.

Disons le, oui, il aurait fallu, et il aurait été possible de faire autrement.

Continuer la lecture de confinement jour 7 : discuter, proposer, et agir

Reconfinement, jour 5

Au 5eme jour de reconfinement, la situation dans les hôpitaux continue de se dégrader. Le plan blanc est déclenché partout désormais, et les déprogrammations se multiplient. La vague est là et risque de submerger l’hôpital dans les 10 prochains jours.

Le reconfinement était nécessaire, et ce qui peut passer pour de l’amateurisme, de l’incompétence, de l’impréparation de la part du gouvernement s’illustre dans de nombreux domaines.

Le raté de la rentrée scolaire avec l’annonce d’une rentrée retardée puis du maintien des horaires habituels annoncé par voie de presse vendredi soir en est un premier exemple.

La fermeture des commerces de proximité et notamment des librairies alors que les grandes surfaces peuvent quant à elles continuer à vendre de tout en est un autre.

On pourrait parler de la situation dans de nombreuses entreprises, dans les transports, à la sortie des lycées, celle de l’enseignement supérieur ou c’est le tout ou rien.

Continuer la lecture de Reconfinement, jour 5

Reconfinement jour 3, déconfiture 8eme mois

Personne ne peut nier l’aggravation ces derniers jours de la situation sanitaire du pays, et personne ou presque ne le nie. Mais dans une démocratie, on est en droit de poser un certain nombre de questions, et même d’apporter des réponses qui ne soient pas celles que veut imposer le gouvernement à la l’ensemble de la population sans aucune concertation avec les différentes forces politiques, les organisations syndicales, ou les élus de proximité.

Je ne suis pas médecin, ni spécialiste, je ne me prononce donc pas sur la nature de ce virus, sa dangerosité, la façon de le soigner. Mais comme citoyen, et comme tout le monde j’ai une appréciation de la gestion calamiteuse de cette crise par le gouvernement. Et le fait que tous les pays libéraux fassent de même ne peut être un argument pour justifier ce qui est de plus en plus insupportable.

Continuer la lecture de Reconfinement jour 3, déconfiture 8eme mois

billet de la semaine : LE 5 décembre peut tout changer

 

La journée interprofessionnelle de grève du 5 décembre s’annonce massive. Chacune et chacun voit bien que la réforme des retraites a pour objectif de faire travailler plus longtemps pour au final gagner moins afin de ne pas dépasser les 13% de PIB pour les retraites. C’est encore une fois le coût du Capital qui pèse sur nos vies. L’espérance de vie en bonne santé est selon l’INSEE de 64 ans actuellement, la réforme Delevoye contraindra chacune et chacun a repousser l’age du départ à la retraite et chacune et chacun verra sa retraite diminuer.

Le PCF appelle à faire du 5 une journée puissante de mobilisation et propose aux forces de gauche et syndicale un grand meeting commun le 11 décembre à Paris pour dénoncer cette réforme et formuler d’autres propositions pour une réforme ambitieuse et qui réponde aux attentes populaires. Nous mettons en débat plusieurs propositions réunies dans un document synthétique de 7 pages : la hausse du smic de 20%, l’égalité salariale Homme/femme, la suppression du CICE, soumettre à cotisation le capital au même niveau que le travail : Tout cela permettrait de prendre l’argent là ou il est pour une retraite à 60 ans et à taux plein, et à partir de 55 ans pour les métiers difficiles.

Avec le 5 , l’affrontement entre les forces du Capital et le monde du travail battra son plein. Le paysage et le débat politique à 4 mois des élections municipales va changer de nature en remettant au premier plan les questions sociales.
Cette bataille ne fait que commencer, et il faudra dans les semaines qui viennent décrypter la réforme, partager nos propositions et travailler à l’unité des salariés quand le gouvernement fera tout pour nous diviser : entre jeunes et anciens, fonctionnaires et salariés du privé, travailleurs français et étrangers, usagers des services publics et cheminots, hospitaliers, enseignants, postiers…

La mise en débat de nos propositions alternatives sera un point d’appui pour le mouvement social et les salarié-e-s mobilisés, c’est un élément permettant l’unité des salariés autour d’aspirations communes : vivre de son travail dignement et bénéficier du droit à une bonne retraite.

Faisons des maths, pour de vrai

LE mode de scrutin aux européennes est le suivant : les listes qui depassent les 5% se partagent à la proportionnelle les 79 sièges au parlement.

Prenons 19 000 000 d’électeurs avec 40% de participation.

Et prenons d’après les sondages le nombre de voix suivant pour les listes depassant les 5 :

Rn : 4 500 000 autour de 24 % (idem 2014)

LREM : 4 200 000 autour de 22%

LR : 2 600 000  autour de 14 %

EELV et LFI : 1 500 000 autour de 8%

PS : 950 000 voix autour de 5 %

cela donne un total de 15 250 000 voix qui rentrent dans le calcul pour l’attribution des sièges et donc pour avoir un siège il faudrait environ 193 000 voix.

Si la liste du PCF fait 5%, le nombre de voix rentrant dans le calcul se monterait à 16 150 000 voix et donc pour avoir un siège il faudrait 205 000 voix.

ce qui donnerait pour le RN non pas 24 mais 22 sièges, pour LREM non pas 21 ou 22 sièges mais 20, Pour LFI et EELV entre 7 et 8 dans un cas comme dans l’autre, et pour le PCF entre 4 et 5 sièges.

Il y a donc un véritable enjeu à ce que la liste conduite par IAn Brossat dépasse les 5%. Et cet enjeu est national bien sûr, mais surtout européen, 2 députés d’extrême droite en moins, ça compte. 2 députés libéraux en moins ça compte aussi.

J’en termine avec une idée qui doit aujourd’hui préoccuper toute la gauche et pas seulement les communistes : notre ennemi, c’est l’abstention des salariés et des catégories populaires, pas les listes concurrentes à gauche. Notre ennemi c’est l’extrême droite et les libéraux qui veulent confisquer cette élection.

Chaque électeur de gauche gagné dans la semaine en faveur d’une liste de gauche comptera double au regard de l’abstention et si la liste conduite par Ian Brossat dépasse les 5%, ce seront bien 4 ou 5 députés européens communistes qui iront siéger au parlement.

Et ce sera 2 députés d’extrême droite en moins, deux libéraux en moins.

Qui a gauche pourrait donc regretter que la liste présentée par le PCF fasse plus de 5% ?

Ceci étant dit, je continue la campagne avec tranquilité et détermination.

CQFD