Pour un nouveau Front Populaire et citoyen

14202506_10210703144474055_3990941329971638189_nEn 1935, alors que les fascistes sont aux portes du pouvoir, aidés par les 200 familles qui détiennent l’économie, alors qu’un gouvernement fait de radicaux et de socialistes enfonce notre pays dans la crise et la rigueur budgétaire, Maurice Thorez engage le PCF, alors constitué d’à peine 20 000 adhérents, dans une stratégie d’union de la classe ouvrière avec les autres travailleurs face au risque de voir les ligues fascistes prendre le pouvoir comme Hitler a pu le faire en 1933 en Allemagne, par la voie démocratique.

Le 17 avril 1936, il prononce l »un des plus grands discours d’un dirigeant du PCF, celui dit de « la main tendue » ou il s’adresse à l’ensemble des travailleurs et en particulier aux chrétiens, alors que communistes et croyants s’affrontent souvent à cette époque, pour proposer l’union, l’union des travailleurs face aux 200 familles et le risque de voir les ligues fascistes prendre le pouvoir.

S’en suivra le Front populaire et son gouvernement.201604-lhuma-hs-front_populaire

Il ne s’agit pas de calquer une démarche qui a fonctionné il y a 80 ans sur la société française telle qu’elle est aujourd’hui. Mais il y a néanmoins beaucoup de similitudes entre 1936 et la France de 2017. Une crise sociale et économique grave et durable. L’échec d’un gouvernement trop servile vis à vis des forces de l’argent. La montée des forces réactionnaires et racistes dans la société, poussés par des groupes financiers dont elles sont l’allié objectif. Le danger est là, ne nous y trompons pas.

Continuer la lecture de Pour un nouveau Front Populaire et citoyen

De quelle politique avons nous besoin ?

sebastien_labordeLes échéances électorales approchent et chaque jour montre que rien n’est joué pour cette élection présidentielle et les législatives. On sent grandir l’idée qu’il faut tourner la page du quinquennat Hollande et qu’il est possible de porter au pouvoir une nouvelle majorité porteuse d’une politique en rupture avec l’austérité.

Pourtant depuis des mois, tout est fait pour confisquer au peuple cette élection. Or, il est maintenant temps que chaque citoyen et citoyenne, chaque homme et femme de gauche, attaché(e) à l’idée de progrès social et démocratique exprime ce qu’il et elle veut, pour soi et pour notre pays.

Nous devons ouvrir le seul débat qui vaille : De quelle politique avons nous besoin ? Continuer la lecture de De quelle politique avons nous besoin ?

Ça commence aujourd’hui

On connait enfin le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle. La campagne va pouvoir commencer.

Après Hollande empêché de se présenter, c’est Valls qui paie ce que nous disons depuis 5 ans : Ce gouvernement est minoritaire dans le pays, il existe dans notre peuple une véritable aspiration au changement, au progrès social et démocratique.

Dans cette primaire socialiste, c’est Hamon qui a le mieux incarné cette volonté de changement, cette envie que la gauche redevienne la gauche.

Quelle satisfaction de voir éliminer l’homme du 49.3, celui qui a donné à la gauche toute entière des leçons de « réalisme » alors que tout n’était que renoncements. Et surtout quel échec politique, quel bilan calamiteux ! Il faut définitivement tourner la page de ce quinquennat, mais il ne s’agit pas de devenir amnésique et de s’auto-persuader qu’on peut oublier et ne pas tirer les leçons du quinquennat Hollande.

Cette défaite est aussi celle des députés socialistes qui durant 5 ans ont tout voté sans broncher, des sénateurs socialistes qui ont tout accepté et ont même refusé de jouer leur rôle quand le Sénat était à gauche en début de mandat. La loi Macron, la loi travail, la loi Touraine, toutes ces lois doivent être abrogées, il faut en finir avec l’austérité qui mine les services publics, plombe les collectivités. Il faut véritablement s’attaquer à la finance. Il existe une majorité pour cela.

Mais Benoît Hamon est face désormais à un dilemme : fournir les gestes pour rassembler son parti et ainsi se rallier les soutiens de Valls et Hollande, qui restent visiblement « droits dans leurs bottes ». Et il doit rentrer dans un dialogue nourri sur les contenus avec Jean Luc Mélenchon, les communistes et les écologistes.

Oui, nous devons discuter des contenus d’une autre politique et des conditions pour une nouvelle majorité alternative. Dans cette période de crise profonde du capitalisme, seul un rassemblement sur des contenus en rupture avec la politique menée depuis 5 ans peut l’emporter. On ne peut pas résoudre ce débat à celui du candidat à l’élection présidentielle.

De quelle politique, et de quels députés de gauche avons nous besoin ? C’est toute le débat que le présidentialisme et la Ve République confisquent à notre peuple.

Nous travaillons depuis des mois à rendre notre peuple acteur de cette élection, et nous allons puisque le vote de dimanche nous y invite, redoubler d’efforts et d’initiatives pour que le débat sur les contenus d’une autre politique et les conditions pour une nouvelle majorité ait lieu en grand dans notre pays.

C’est la condition pour battre la droite et l’extrême droite, rassembler autour d’un projet de sortie de crise, ouvrir un nouvel horizon.

 

A l’offensive

16142835_10154728039942631_219263117687732015_nJe présentais mercredi soir les voeux de la fédération de Gironde du PCF entouré de nos chefs de file pour les élections législatives.

Voici le texte du discours que j’ai prononcé.

L’année 2017 sera ce que nous en ferons, contrairement à ce que nous pouvons lire et entendre, il n’y a aucune fatalité à voir notre pays sombrer dans la crise et la régression sociale, l’obscurantisme et la division. Et nous devons pour cette année qui s’ouvre faire partager cette conviction, il est possible de faire de cette année 2017 une année de conquêtes et de progrès.

Continuer la lecture de A l’offensive

2017 sera ce que nous en ferons

Personne ne peut dire aujourd’hui ce que sera le résultat de l’élection présidentielle et encore moins des législatives en juin prochain. Nous vivons en effet un moment inédit de l’histoire politique de notre pays avec une offensive sans précédent des forces ultralibérales et réactionnaires, des millions de nos concitoyens qui ne voient pas ce que ces élections peuvent apporter de bon dans leur vie et une recomposition politique accélérée à gauche comme à droite.

Continuer la lecture de 2017 sera ce que nous en ferons

2017, toujours besoin de (Reve)olution

14202506_10210703144474055_3990941329971638189_nQuels voeux, quels souhaits, quels désirs pour cette nouvelle année après une année terrible ? Nous sentons bien que nous vivons la fin d’une période, d’un monde. Comment sera celui qui surgira alors, c’est toute la question ?

Je nous souhaite de vivre cette année bien des lendemains de fêtes et d’allégresse, bien des moments de luttes victorieuses, d’espoir retrouvé, d’espérance nouvelle. Je nous souhaite de vivre des nuits du 4 aout après des 14 juillet, des 11 février pour les prisonniers politiques, des 9 septembre pour les peuples opprimés, des 8 mai de victoire, des 6 novembre pour tous les peuples en lutte face à des pouvoirs autoritaires, des 25 avril de liesse populaire, des 1er mai rassemblés.

En 2017, on a toujours besoin de révolution.

S’attaquer à la finance et à l’évasion fiscale

contre la financeAlain et Eric Bocquet étaient en Gironde la semaine dernière pour parler finance et évasion fiscale. Ces deux parlementaires communistes ont publié un livre : « Sans domicile fisc » qui est un condensé de leurs travaux parlementaires respectifs sur les paradis fiscaux, l’évasion fiscale et la fraude fiscale. C’est édifiant. Alors que depuis 2008 on nous impose une politique de réduction des dépenses publiques tout en prétendant libérer l’économie avec des baisses d’impôts ou le reversement du CICE, les frères Bocquet démontrent qu’il n’y a en fait pas de crise de la dépense, mais de la recette pour l’Etat.

Continuer la lecture de S’attaquer à la finance et à l’évasion fiscale

Écrire une nouvelle page

François Hollande ne sera pas candidat à sa succession. Il aura fallu attendre 4 ans et 6 mois pour qu’il respecte enfin une promesse : s’il ne redressait pas la courbe du chômage, il ne se présenterait pas.  C’est l’aveu final d’un constat d’échec d’une politique qui n’a donné aucun résultat.

Dans ce lien l’éditorial que je signe cette semaine dans l’hebdo des communistes girondins Les Nouvelles de Bordeaux. en voici la conclusion.

« Aujourd’hui des milliers, des millions d’hommes et de femmes cherchent une perspective crédible d’une véritable alternative, faute de cela ils resteront démobilisés. Cela ne sera possible que si s’ouvre enfin à gauche et avec la population un véritable débat sur les contenus d’une politique de progrès et les conditions d’un rassemblement large à tous les niveaux.

Chaque force politique, chaque candidat putatif est aujourd’hui face à ses responsabilités. Il y a urgence à ouvrir un cadre de rassemblement des forces politiques et citoyennes permettant de battre la droite et le FN et de porter au pouvoir une majorité alternative. »

Il ne s’agit donc pas d’aborder cette question du rassemblement en étant tétanisé par la peur et la tentation de vouloir simplement « sauver les meubles ». Il s’agit d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays, tourner celle des renoncements à gauche, et ouvrir une nouvelle période historique qui renoue avec le progrès social, démocratique et écologique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma part de doutes, de convictions et d’espoirs

sebastien_labordeDepuis des mois, le parti communiste et particulièrement son secrétaire national, tentent d’ouvrir un espoir de changement réel dans le pays. Depuis des mois nous en appelons au rassemblement de la gauche critique de l’austérité et à l’irruption des aspirations populaires dans le débat public.

Nous nous heurtons depuis des mois, au fatalisme, au désarroi, à la démobilisation d’une part importante de l’électorat de gauche. Nous nous heurtons aussi à la logique même de l’élection présidentielle, véritable verrou de la vie politique, qui conduit à des logiques partisanes et des démarches personnelles.

Continuer la lecture de Ma part de doutes, de convictions et d’espoirs

En campagne

peuple-de-gauche-1748x984Je suis intervenu lors du Conseil National qui a précédé la conférence nationale du PCF de ce samedi. Voici en substance ce que j’ai pu dire vendredi, n’ayant pas écrit mon intervention, j’en fait non pas un résumé mais une description avec quelques explications.

Nous devons non seulement poursuivre mais amplifier nos efforts de rassemblement car de plus en plus de gens rentrent dans le débat présidentiel au travers de : la primaire de droite et sa violence ultra-libérale et réactionnaire, le délitement du pouvoir en place à tel point qu’on ne sait même pas aujourd’hui si la primaire du PS aura lieu, les divisions à gauche avec EELV qui désigne un candidat de l’écologie pour la présidentielle, les frondeurs enfermés dans la primaire du PS, Mélenchon et le cadre étriqué de la France insoumise et une conception du rassemblement,  qui n’est pas au niveau des enjeux de cette élection.

Continuer la lecture de En campagne