En campagne

peuple-de-gauche-1748x984Je suis intervenu lors du Conseil National qui a précédé la conférence nationale du PCF de ce samedi. Voici en substance ce que j’ai pu dire vendredi, n’ayant pas écrit mon intervention, j’en fait non pas un résumé mais une description avec quelques explications.

Nous devons non seulement poursuivre mais amplifier nos efforts de rassemblement car de plus en plus de gens rentrent dans le débat présidentiel au travers de : la primaire de droite et sa violence ultra-libérale et réactionnaire, le délitement du pouvoir en place à tel point qu’on ne sait même pas aujourd’hui si la primaire du PS aura lieu, les divisions à gauche avec EELV qui désigne un candidat de l’écologie pour la présidentielle, les frondeurs enfermés dans la primaire du PS, Mélenchon et le cadre étriqué de la France insoumise et une conception du rassemblement,  qui n’est pas au niveau des enjeux de cette élection.

Malgré tous nos efforts, cette situation n’évolue pas, avec Melenchon qui rejette l’idée de s’allier avec les frondeurs, et qui ne fait pas grand chose pour permettre que nous le soutenions  d’une manière ou d’une autre, des frondeurs qui persistent à s’engager dans une primaire socialiste étriquée et de plus en plus improbable, et des écologistes qui désignent à quelques milliers un candidat de l’écologie voué à l’échec.

Donc dans ce contexte nous devons ouvrir à tous les niveaux des espaces de débat et d’élaboration politique avec toutes les forces citoyennes et politiques disponibles. Nous avons  commencé à le faire en Gironde avec les Etats généraux dans les territoires, les rencontres départementales avec des forces comme Nouvelle Donne, Ensemble, l’aile gauche du PS, une partie des écologistes. Nous devons amplifier cette démarche et cette entrée en campagne avec le pacte d’engagement que nous devons mettre entre les mains du plus grand nombre, nos chefs de file aux élections législatives et notre conception du rassemblement, ouverte, large, pour une majorité alternative à l’austérité. Ce qui peut débloquer la situation, c’est l’intervention des citoyens dans ce débat.

La résolution adoptée à 90% ce samedi va dans ce sens, et c’est sûrement le plus important des choix qui ont pu être faits ce week-end.

Sur le choix des options, j’ai pu dire que quel que soit notre choix à ce moment, c’est la mise en mouvement des communistes qui est une priorité, qu’elle soit au niveau de notre ambition de rassemblement.

Nous sommes aujourd’hui dans un rapport de force pour réussir à déverrouiller la situation. S’agissant de l’option 1, l’appel à voter Melenchon,  nous devons être très clair et expliquer notre position. La France Insoumise est une organisation politique nouvelle, elle ne peut être un cadre de rassemblement large, que ce soit pour les organisations politiques ou pour les citoyennes et citoyens qui souhaiteraient s’engager, il faut donc définir un cadre large de rassemblement et le proposer à toutes les forces disponibles y compris citoyennes !

S’agissant de l’option 2, nous devons bien écrire que c’est une proposition de « mise à disposition » du rassemblent d’une candidature issue de nos rangs. Ce n’est certainement pas le choix d’une candidature communiste coûte que coûte. D’ailleurs en préambule du choix de l’une ou l’autre option, il est réaffirmé notre volonté de travailler à une candidature de rassemblement à vocation majoritaire.

Ensuite à propos de la charte législative que veut imposer Mélenchon à l’ensemble des candidats aux législatives. Sur le fond, c’est une caporalisation des députés à l’assemblée nationale, cela va à l’encontre de notre conception d’un élu avant tout du peuple ! On peut noter quand même que cela rentre en contradiction profonde avec la proposition de constituante et de tourner la page de la Ve République, nos candidats ne seront pas concernés par celle-ci. On pourrait rajouter quand même que les élus communistes ne s’enrichissent pas durant leur mandat et reversent leurs indemnités d’élus à leur organisation. Et cela change beaucoup la conception qu’ont les élus communistes de leur mandat.

A nous, dans les prochains jours donc et quel que soit le choix de l’option décidée par les communistes d’ouvrir des espaces de débat avec ces millions d’abstentionnistes, d’électrices et électeurs de gauche qui sont aujourd’hui désemparés, démobilisés et qui voient arriver le danger de la droite extrême et de l’extrême droite, les salariés en lutte qui cherchent des débouchés politiques à leur lutte. adressons nous massivement, avec notre force militante au monde du travail, il y a maintenant urgence à rentrer en campagne.

Pour ma part, comme beaucoup d’adhérents, je suis en réflexion, je pèse chaque option à l’aune des enjeux politiques du moment avec pour boussole la volonté d’ouvrir un espoir de changement réel dans le pays et en Europe, de battre la droite et le FN, et de porter au pouvoir une majorité alternative à l’austérité. La situation est complexe, comporte mille dangers, et aussi de formidables potentialités. Une fois mon choix arrêté, je m’exprimerai comme n’importe quel adhérent, dans ma section et au conseil départemental. C’est ce qui fonde notre conception de la démocratie dans notre Parti, à nous les communistes, le débat, l’échange, la construction collective et puis le vote de chaque adhérent, ou chacun compte pour un, et le respect du choix majoritaire qui engage ensuite l’ensemble des communistes.

je vous invite à écouter la conclusion de Pierre Laurent de la conférence nationale, c’est une belle leçon de politique et de ce quelle devrait être tout le temps : c’est ici

Ce qui peut enfin bouger les lignes dans cette période, c’est l’entrée en campagne et la mise en mouvement des communistes.

Porteurs de propositions, d’un pacte d’engagement, de l’Humain d’abord, de notre texte la France en commun, de nos propositions pour sortir de la crise,

porteurs de notre démarche de rassemblement,

porteurs de notre conception citoyenne de la politique en redonnant la parole au peuple, aux travailleurs, alors, allons y.

Publié par

slaborde

secrétaire départemental du PCF, adjoint au maire de Saint Denis de Pile et vice président de la CALI en charge de l'action sociale. Enseignant spécialisé.

2 réflexions au sujet de « En campagne »

  1. Ne penses-tu pas que si le Pcf se prononçait en faveur de la solution suivante pour régler la question du choix du/de la candidat-e commun-e de gauche à l’élection présidentielle, comme d’ailleurs aux élections législatives, sa volonté de militer jusqu’au bout, en faveur du plus large rassemblement électoral à gauche, gagnerait en crédibilité :

    permettre le moment venu, aux citoyen-ne-s réunis par un socle commun d’orientations, de programme de mandature, composant ainsi le corps électoral d’une autre primaire, de décider ?

    Tout en étant jusqu’au bout, alors, les militants de ce rassemblement le plus large, nous pourrions concentrer nos efforts sur la mise au point de ce socle commun, à la fois par le débat public et la recherche de réunions de travail avec les partenaires possibles (à commencer par la FI et J-L. M), tout en étant capables de relativiser l’importance que d’aucuns accordent au « programme ». Car celui-ci n’est le meilleur que lorsqu’il s’agit du sien. Mais même le meilleur ne nous dit pas comment s’établira le rapport de force entre le k et le w et puisque le principe de la primauté du mouvement populaire guide nos pas, ni le choix du candidat, ni le contenu du programme, ne peuvent être des obstacles au rassemblement, pourvu que rien ne contredise que ce rassemblement est de gauche.

    Et il se peut bien qu’à cet égard, la question de savoir à quelles conditions en 2016, on peut mériter, aux yeux de marxistes, le qualificatif de gauche, soit un chantier dont le retard nous coûte très très cher.

  2. Cher Sébastien ; j’étais moi-même en réflexion jusqu’à Samedi et je tiens à dire publiquement que ma position a évolué; j’étais partisan d’une candidature issue du PCF parce que j’ai pensé que tel était le choix assurant la plus grande continuité avec nos choix stratégiques qui doivent être la boussole à partir de laquelle nous décidons; les cris de ralliement sans condition à JLM ont obscurci d’autres dimensions qui ne sont pas moins importantes ; ils ont fait beaucoup de tort ; une fois cela dit , quel choix AUJOURD’HUI pour la présidentielle est le mieux à même de nous permettre de poursuivre sans nous contredire notre stratégie ? je pense après avoir écoté attentivement P Laurent en fin de matinée qu’il a raison:
    1) En appelant au vote JLM DANS LES CONDITIONS INDIQUEES , nous portons le problème chez lui au lieu d’en porter le poids , ce qui à notre corps défendant nous en rend quelque part seuls comptables ; je précise que l’argument d’apparaître comme diviseur me semble faible ; les discours de P Laurent indiquent notre ligne de conduite y compris dans le cadre d’un tel appel qui est parfaitement second compte tenu de ce qu’il a développé sur LA CAMPAGNE DU PCF ; c’est le contraire de l’effacement que j’ai pu craindre à l’issue du CN précédent la Conf Nat.
    2) En me prononçant pour le choix 2) je ne pouvais pas de mon observatoire (06 ) ressentir à quel point les citoyennes et citoyens qui cherchent une rupture dans les choix actuels pouvaient identifier JLM à cette recherche ; le Choix 2 ) fait l’impasse sur eux et ne nous permet aucunement de nous faire mieux entendre de leur part ; ils ne suffisent pas et de très loin au rassemblement que nous cherchons mais nous couper d’eux n’est pas la meilleure façon de contribuer à le constituer
    3 ) J’ai pensé qu’une candidature issue du PCF , par l’accés médiatique que cela donnerait permettrait à des millions de nos compatriotes de comprendre notre démarche mais il faut se rendre à l’évidence ; de précieuses minutes de notre temps seraient passées à expliquer que notre candidat est prêt à s’effacer si ….. C’est le contraire de l’objectif recherché .
    Voilà pourquoi je pense à la fois que le vote de samedi est une claque magistrale et méritée à JLM et pourquoi à présent , en INTEGRANT ce qu’il signifie , nous devons voter pour l’option 1
    OLIVIER GEBUHRER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *