sebastien_labordeSi il y a une chose qu’a réussie le FN depuis quelques années c’est sa banalisation au regard de l’opinion. c’est extrêmement grave et dangereux. C’est en partie ce qui explique son score dimanche et le danger qui pèse sur le second tour, le 7 mai prochain.

Non, le FN n’est pas un parti comme les autres. Il est la synthèse de tous les vieux courants de l’extrême droite française. Il compte toujours dans ses rangs de sinistres personnages qui veulent défigurer le visage de la France en rayant de nos vies notre devise républicaine Liberté, égalité, fraternité. Il est toujours le parti qui se nourrit et nourrit la haine, le racisme et la xenophobie. Il porte un projet de société de discrimination, d’opposition des salariés entre eux, de casse de toutes les solidarités , de guerre en approuvant à la fois Trump et Poutine.

 

Sa banalisation a conduit des salariés, des travailleurs, des petits retraités des jeunes à se tourner vers lui et à voter pour sa candidate dimanche dernier. Car le FN promet des mesures sociales qui répondent aux besoins des gens en apparence. Mais en vérité son projet est ultra-libéral et d’une grande violence, il asséchera les comptes de la sécurité sociale, de la caisse de retraite, de l’assurance maladie et du chômage. Son programme porte la fin de l’universalité des services publics, des solidarités.

Dans les mairies qu’il gère, c’est la mort des subventions culturelles et de solidarités, c’est la disparition de l’action des CCAS, des centres sociaux. C’est la fin de la cantine pour les enfants de confession musulmane, les pauvres, les enfants de chômeurs. C’est la peur entretenue de tous contre tous, la restriction de libertés pour les jeunes notamment.

le 7 mai prochain, le risque que Le Pen remporte l’élection est beaucoup plus élevé qu’en 2002 et le risque est grand également qu’elle réalise un score au delà des 30, 35, 40%. Quelles seront les conséquences ? Elle peuvent être vite désastreuses pour la société toute entière, pour les législatives d’abord ou par exemple en Gironde le FN peut remporter 3 circonscriptions dont la notre, la 11e. Puis dans la vie municipale ensuite jusqu’aux prochaines élections municipales. Imaginons des listes d’extrême droite dans nos communes qui mèneront comme elles le font toujours des campagnes haineuses montant les citoyens les uns contre les autres, pointant du doigt une partie d’entre nous.

J’ai combattu Macron durant 5 ans, je continuerai  à le faire durant 5 ans s’il est élu. Je n’ai de ce point de vue de leçon à ne recevoir de personne. Dès le 1er mai je défilerai comme chaque année pour les droits des salariés. J’affronterai son candidat aux législatives car je pense que notre circonscription peut et doit rester à gauche, à condition toutefois, de se rassembler, nous, celles et ceux qui à gauche ne renonçons pas à nos valeurs et notre ambition de changer la société.

Le 7 mai, j’utiliserai le seul moyen qui m’est donné pour battre le FN, lui faire barrage, et faire que son score soit le plus bas possible. Je ne veux pas que l’héritière Le Pen arrive à nouveau en tête dans ma commune, dans mon bureau de vote, dans mon pays. Alors j’utiliserai le bulletin de vote Macron pour faire reculer la haine au moins dans les urnes ce jour là. Je le ferai sans hésitation, sans me pincer le nez ou je ne sais quoi. Je le ferai pour mon pays, mes proches et mes enfants.

Avant cela, le 1er mai je manifesterai pour les 32h, des hausses de salaires et de pensions, des droits nouveaux pour les salariés, l’égalité femme-homme, des embauches dans la fonction publique, contre la finance et l’austérité. Je manifesterai pour dire que je ne laisserai pas la finance, les forces libérales casser nos solidarités et nos droits.

Et dès le 8 mai, je m’investirai pleinement dans la construction d’une véritable alternative de gauche, d’un autre projet de société, dans la résistance face aux politiques libérales, la lutte contre le racisme et les discriminations.

Les élections législatives en juin prochain auront une importance capitale et nous pouvons envoyer à l’assemblée de nombreux députés anti-austérité, qui défendront les intérêts des populations, du monde du travail face aux forces de l’argent et l’extrême droite. Pour cela, les hommes et femmes de gauche, celles et ceux qui ont combattu le gouvernement Hollande qui est responsable en grande partie de cette situation doivent se retrouver dans des candidatures de rassemblement de toutes les forces politiques et citoyennes disponibles pour reconstruire une nouvelle espérance collective, des solidarités concrètes dans nos territoires.

Il y a donc maintenant urgence à se rassembler, pour gagner, enfin.