Ce qui s’est passé hier à Paris, dans une moindre mesure à Bordeaux est condamnable, inutile et stupide.
Le gouvernement utilise ces actes pour discréditer la colère légitime qui monte de partout. Il utilisera ces actes pour restreindre un peu plus les libertés publiques. Il joue la stratégie du pourrissement. Et on entend déjà les partisans de l’ordre établi réclamer des mesures policières et restrictives quand les réponses sont d’abord sociales et politiques.
Ce gouvernement, ce Président des riches est désormais discrédité, rejeté et détesté.

La première violence est celle qui consiste à expliquer à des gens qui comptent les centimes le 15 du mois qu’ils doivent changer de voiture.
C’est de dire à des gens qui vivent dans des taudis faute de logements sociaux suffisants qu’il va falloir faire des économies d’énergie.
C’est d’expliquer à des familles qui vivent les coupures d’électricité et d’eau qu’il ne faut pas dépenser autant.
C’est d’expliquer à des gens qui vivent avec moins de 1000 euros par mois qu’ils vont devoir faire des efforts.
C’est de dire à un salarié qui doit faire 500 bornes par semaine pour aller travailler qu’il n’a qu’à prendre le bus.
C’est de supprimer des petites lignes et des trains du quotidien.
 
C’est d’expliquer à des territoires ruraux qu’ils doivent s’adapter aux enjeux du siècle alors que les services publics disparaissent et que personne n’écoute ni ne regarde tout ce qui peut s’y passer et s’y vivre de positif et résolument moderne.
 
La première violence c’est de geler salaires, pensions et de supprimer l’ISF, de ne rien faire contre l’évasion fiscale et de maintenir le CICE qui coûte plus de 100 milliards au pays pour à peine 300 000 emplois créés quand tant d’autres disparaissent.
 
La première violence c’est d’instaurer un monologue, avec d’un côté celui qui sait, quand tout démontre l’échec d’une politique, et un peuple qui n’a rien compris, quand tout démontre qu’il a les yeux grands ouverts.
 
La première violence c’est de ne pas ouvrir un dialogue pourtant nécessaire, c’est d’empêcher des gens de manifester…
 
Ne lâchons rien et continuons à nous rassembler :
Gel des taxes
hausse des salaires et pensions
hausse des minima sociaux
rétablissement de l’ISF
Taxons les compagnies pétrolières,
taxons le kérosène