« On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent

Mais on ne dit jamais rien de la violence

Des rives qui l’enserrent

On dit que le vent qui courbe les bouleaux est violent.

Mais qu’en est-il de la tempête qui courbe les hommes »

Ces vers de Brecht illustrent parfaitement ce qu’est la violence du pouvoir, de l’injustice, des inégalités, du capitalisme.

Aujourd’hui des millions de femmes et d’hommes prennent conscience de cette violence et la jugent désormais insupportable. Pas la violence du vent du quotidien, celle-là ils ne la connaissent que trop bien, quand a partir du 20 du mois tout est compté et recompté, quand la coupure d’électricité approche, la rupture de loyer, quand le crédit pour changer de voiture ne passe pas, quand on n’arrive plus à payer l’emprunt de sa maison, quand on doit dire non à ses enfants… Ils et elles découvrent la violence d’une infime minorité qui accumule toujours plus et qui n’a que mépris pour le monde du travail.

Ils et elles prennent aussi conscience qu’ensemble, rassemblés, celles et ceux qui vivent de leur travail, nous sommes une force considérable.

Pour 99% d’entre eux les gilets jaunes sont pacifiques, pour 99% d’entre eux les lycéens sont pacifiques, pour 99% d’entre eux les salariés qui luttent à l’appel des organisations syndicales, blouses blanches de l’hôpital, cols bleus de l’industrie, robe noir de la justice salariés et fonctionnaires sont pacifiques.

Et le pouvoir en place, même acculé, continue de mentir, il n’y aurait eu que 10 000 manifestants hier à Paris, et 1200 arrestations ? plus d’un manifestant sur 10 aurait été arrêté…. Quand on arrête 146 jeunes à la sortie d’un lycée, qui peut croire qu’il s’agit de 146 casseurs ? Surtout quand tous, sans exception, sont relâchés quelques heures après sans aucune poursuite. Il n’y a alors que le ministre de l’éducation qui au lieu de défendre les élèves, préfère croire à la manipulation par l’image. Toujours aucune condamnation de cet acte ignoble qui consiste à humilier des jeunes, parce qu’ils ont décidé de manifester, de les filmer et d’en diffuser les images avec ce commentaire, « voila une classe bien sage ». Refusant de condamner cet acte, le gouvernement induit qu’il est normal d’agir ainsi, il jette le discrédit sur l’ensemble des forces de l’ordre dont on voit bien depuis les manifestations sur la loi travail que sa mission a changé lors des manifestations.

Tout cela n’empêche pas l’élévation générale du niveau de conscience. Si bien que la hausse du smic et des minima sociaux, des salaires et des pensions, et le rétablissement de l’ISF deviennent des demandes très majoritaires; Faire payer les riches pour qu’une majorité vive mieux.

voici deux pétitions initiées à signer :

l’une pour le pouvoir d’achat et la transition écologique : cliquez ici

l’autre pour soutenir la motion de censure du gouvernement qui sera déposée lundi : cliquez ici