Le gouvernement des riches fait bien son travail. 20 milliards de cadeaux fiscaux aux grands groupes, aux grandes entreprises, aux 1% les plus riches. Le projet de budget du gouvernement Macron est à l’aune de la violence des attaques contre le code du travail. Et ce n’est pas fini, c’est la casse de la sécurité sociale qui est ensuite programmée.

Face à cette politique de casse, ultra violente, que faire ?

C’est toute la question qui est posée au mouvement sociale, à l’ensemble des forces de progrès et de transformation sociale.  Mais à travers elles, c’est au monde du travail que cette question se pose : quels rassemblements, sur quels contenus, pour résister, s’opposer mais surtout passer à l’offensive pour des conquêtes nouvelles ?

Les députés communistes mettent en débat un contre projet de budget. Il s’agit de démontrer ou vont les exonérations fiscales, qui va subir les conséquences des économies réalisées, et qui paiera ces mesures destinées à satisfaire les actifs financiers. Il s’agit aussi de mettre en débat des mesures de progrès, de conquêtes sociales.

Le président de la République et son gouvernement ont choisi de faire plus de 20 milliards d’euros de cadeaux aux plus riches. Un choix parfaitement clair en faveur de celles et ceux qui ont déjà tout ! A contre-courant de ces choix, nous proposons de consacrer :
« – 28 milliards d’euros pour le pouvoir d’achat.
– 10 milliards d’euros en soutien aux TPE, PME, l’Artisanat, l’Industrie en contrepartie d’engagements pour l’emploi et l’investissement et pour les grands projets (10 Milliards sur 5 ans).
– 6,5 milliards d’euros pour les hôpitaux et la Sécurité sociale avec comme objectif d’aller vers la couverture des soins à 100% par la Sécurité sociale.
– 3 milliards d’euros pour nos collectivités et les services publics.
– 2,5 milliards d’euros pour accompagner les agricultrices et les agriculteurs, protéger l’environnement et améliorer les transports publics.
– 2,5 milliards d’euros pour un pacte pour le logement.
– 1,5 milliard d’euros pour le développement du très haut débit. »

 

 

ob_0f3ca9_dossier-budget-2018-1-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ob_3933af_dossier-budget-2018-1-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 16 novembre prochain aura lieu une nouvelle journée d’action à l’appel de plusieurs organisations syndicales. Fait nouveau, la jeunesse étudiante est appelée à rejoindre les cortèges de salariés pour défendre le droit à l’enseignement supérieur. L’entrée de la jeunesse dans ce mouvement peut être un élément décisif dans le bras de fer qui oppose le monde du travail, ses organisations, les forces de transformation sociale et les intérêts des grands groupes financiers que représente ce gouvernement et le Président de la République, le Président des riches.

Il s’agit d’engager dans la durée une bataille pour de nouvelles conquêtes sociales dans notre pays. C’est le sens de la campagne que lance le PCF « Stop à la casse sociale de Macron, un nouveau progrès social pour la France », cette campagne vise à pousser le plus loin possible des propositions pour le progrès social et qui affrontent les logiques libérales à l’oeuvre.